Que dirait une robe si elle pouvait parler? (robe mémorielle 1)

 C’est l’histoire d’une robe…qui a une histoire, une histoire qui me touche véritablement tant elle est pleine de souvenirs; cette histoire illustrée va durer pendant quelque temps,  une quinzaine d’articles à peu près; elle est à suivre…………comme les chapitres d’un livre. Quand on décide de remonter le temps, ..on a tout le temps!

J’ai écrit sur une page blanche…en taffetas!La crainte de commencer, syndrome de la page blanche- était la même……..Et cette écriture n’est pas achevée, elle reste in-finie.Je peux toujours ajouter, les idées quand j’ai été lancée, (après bien des hésitations et craintes),   se sont succédées,………….Ma fille, ma petite fille auront leur mot à dire……… 

Que diraient les objets s’ils pouvaient parler? Que raconteraient les robes de celles qui les portèrent à fleur de peau?  Certains objets me laissent froide, même s’ils sont très beaux, mais d’autres moins rares me parlent, simplement parce qu’ils ont une histoire.

Il était donc une robe ancienne…………En taffetas.

 Il était aussi une fille.  Et sa mère. Et sa propre mère. Et sa grand-mère…………………….

                                                                            Suite au prochain numéro!

Photo 1: la robe,  avait perdu sa ceinture; des mouchoirs anciens et familiaux furent assemblés et rebrodés; c’est eux qui donnèrent à la robe blanche les couleurs qui manquaient et l’émotion…sans laquelle aucune histoire ne vibrerait ainsi que les cordes d’une harpe.Montage  sépia pour ne pas trop en dire encore…………Le fil doit se dérouler lentement pour ne pas s’embrouiller……..Je répète pour les impatientes qui  se manifestent:

Quand on décide de remonter le temps, ..on a tout le temps! Si on va trop vite, on oublie le plaisir; Le désir est un moteur puissant; ce qui est satisfait dans l’immédiat n’a pas la saveur du bonbon qui dure, du chocolat qui fond douceeeeeeeeeeeeent!!

 

Femme prise au filet des mots (intermède 1)

Entre deux séquences, je vous proposerai une photo de fils, filets, de fils ou textiles…………Ces intermèdes  feront la transition et matérialiseront la connexion entre le fil et le texte, puisqu’une citation acccompagnera la photo.

Lors du prochain intermède, je vous dirai pourquoi cette pause me semble intéressante.

Extrait d’un texte de  Antonio Lobo Antunes: »Les femmes,me semble-t-il, aiment qu’on les capture dans un filet de phrases ». Nous sommes comme des poissons, nous taquinons le risque et aimons donc les mots et les hommes…………..Toute femme est un peu une sirène: donc « victime consentante ». Nous avons déjà écrit que nous n’étions pas non plus innocentes; ainsi, par le biais des textiles (le filet),  des textes( A.L.Antunes),  et celui de ce blog, se dessine peu à peu le portrait d’une femme, si ce n’est celui de toutes les femmes…

C'était pourtant bien, le sud...

J’aime la douceur colorée de ces filets aux tons changeants, chauds, leurs parfums iodés, les aventures de haute-mer qu’ils content.

PS1: Photo prise sur les quais de Port- Vendres.

PS2: lisez d’Antonio Lobo Antunes, Dormir accompagné ou Explication des oiseaux, étrange, original et fascinant.

Attention, la plupart du temps, je répondrai à vos  commentaires  directement sur ce blog; cela me permet de n’oublier personne!C’était déjà le cas lors du précédent billet (Nadine, Mijane….)