De la qualité de l’illustration, confidences:

La photo précédente de la vague ne lui rend pas justice, sur ce fond bleu pâle irrégulier, la mousse, la retombée d’écume ne sont guère apparentes,  ni les perles…

En revanche,  vous pouvez revoir en fin de semaine dernière, l’Invitation au voyage d’après Baudelaire (songe à la douceur: http://artisanne-textile.fr/index.php/2011/01/09/songe-a-la-douceur/); j’ai enfin pu redimensioner la photo, elle est plus nette.

J’ai une formation de journalisme, et je remarque que tenir un blog, c’est faire attention à l’écrit, à l’illustration, à la mise en page (même si wordpress semble assez contraignant et ne pas disposer  de possibilités infinies; pour le moment, au vu de mes dispositions, c’est largement suffisant!).Je suis perfectionniste, je n’arrête pas de travailler pour me rendre plus lisible, et vous ne savez pas ? je prends un certain plaisir à cette rigueur et à relever le défi; pour moi, c’en est un: je suis, de prime abord,  assez fermée à ce qui relève de la technologie. Comme quoi:  la  part  masochiste de l’ individu peut être un moteur…

La vague qui emporte tout !

Mot proposé: Océan .

Chez moi, on aime les estampes, on en a plusieurs. Le mot océan, ça m’a fait penser à la vague, celle d’Okusai, énorme et si diversement interprétée ; sur ma version- inspirée d’un dessin de broderie, pas de barque effilée et de pêcheurs courageux, nippons ni mauvais ( !) Juste l’énormité, la force de la nature, le jaillissement d’infinies gouttelettes perlées (perles, points de noeud). Le tsunami presque, féroce mais BEAU. Car le danger fascine l’humanité qui prend des risques…………..Beaucoup de temps pour broder ces vaguelettes,

A noter : la vague d’Okusai est en couverture d’ Œdipe sur la route (Bauchau) que j’avais terminé et aimé peu de temps avant que l’amie A.  ne  choisisse ce mot. Conseil en passant; lisez ce grand livre de Bauchau! Oedipe y sculpte  dans une falaise, une vague immense……….. La boucle est bouclée, le tout me semble cohérent……

PS: patron de broderie inspiré par  le livre de Nadège Richier (« Motifs du Japon »)  

C’est certain: en voyant la vague d’Hokusai, je ne peux que constater que la différence se fait à mes détriments; leçon d’extrême modestie! (image trouvée sur wikipédia)