Symphonie en bleu

Ah, on fait les fières et on parade!

On me dit que je suis très belle......

Bleu des mers du sud

Les  imprimés aux dessins aléatoires donnent au « roulé » une allure intéressante, produisant des taches de couleur qui rehaussent l’ensemble. Toutes les décos sont possibles, il ne sert à rien de les prévoir d’avance, la corbeille dicte ce qui lui convient le mieux; la turquoise était destinée à un signe du poisson qui perche au-dessus de la Grande Bleue, et sa grappe de  perles lui allaient fort bien, je trouve………Ainsi que son bord aux rayures diagonales dans le style « petit marin en goguette ». N’en riez pas trop, j’ai un faible pour elle…..

que dites -vous du noeud sur le côté?

Je ne sais ce qui s’est passé, une partie du texte écrit a disparu, je recommence de mémoire pour ajouter ceci (et c’est moins bien écrit, désolée!) pour dire que lorsque je n’ai pas terminé les bords avec un large biais assorti qui donne de la tenue à l’échancrure et lui évite de se déformer, ( délicat à coudre), je passe l’intérieur au durcisseur textile. Je termine souvent par vaporiser de l‘imperméabilisant, qui évite aux couleurs de passer et constitue un excellent anti-poussière « des familles ». 

Après tout ce dégradé de bleu, il était normal que je vous offre les 2 tercets de Baiser bleu, baiser rose de Théophile Gautier, mais je vous recommande le sonnet dans son entier; c’est de circonstance et très beau.(allusion aussi à un  petit Théophile ……)

« Mais la lampe allumée et se mêlant au jeu,
Posait un baiser rose auprès du baiser bleu :
Tel brille au clair de lune un feu dans de l’albâtre.

À ce charmant tableau, je me disais, rêveur,
Jaloux du reflet rose et du reflet bleuâtre :
 » Ô trop heureux reflets, s’ils savaient leur bonheur !  »

***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o****o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o

Marie-Noëlle a trouvé la réponse à la question précédente; dans le texte, Verlaine était cité, mais les « semelles de vent » appartenaient à Rimbaud, les « ailes qui empêchent de marcher » à Baudelaire. Bravo à elle; elle recevra un petit cadeau brodé! Au fait, dans le prochain article, vous verrez -avec retard- ce qu’avait reçu Elena lors du précédent « concours ».

A tire d’aile, allusions aux poètes

R comme raphaëlle: au milieu du quilt un monogramme, et beaucoup trop de points brodés pour que je les cite tous; ici, une innovation, pour relever l’ensemble: un soleil peint à la peinture textile; ce rond rappelle les ronds appliqués; il évoque le soleil que salue le chant d’un oiseau.

Et pour souligner la complexité de l’initiale dessus, un R plus simple, mais dynamique, on dirait qu’il marche, au centre, le point Chemanthy (avec des fils teints-maison):

Ce patch s’envole décidemment, foin de la pesanteur « qui nous empêche de marcher » , et moi, tous ces oiseaux, ces papillons me donnent envie de m’alléger, de prendre de la hauteur, de partir et d’être dans la joie de la plus totale liberté.

 « Va, chanson, à titre-d’aile
Au-devant d’elle, et dis-lui
Bien que dans mon coeur fidèle
Un rayon joyeux a lui,

Dissipant, lumière sainte,
Ces ténèbres de l’amour :
Méfiance, doute, crainte,
Et que voici le grand jour !

 Longtemps craintive et muette,
Entendez-vous ? La gaîté,
Comme une vive alouette,
Dans le ciel clair a chanté.
Va donc, chanson ingénue,
Et que, sans nul regret vain,
Elle soit la bienvenue
Celle qui revient enfin. »
  Aussi  avec Verlaine, suivons la vive alouette et le papillon:Celui-ci est en stumpwork (ailes bordées d’un fin fil de fer)La fleur est en ruban. Les elfes jouent – et j’ai plasir à les suivre, à les semer………….eux aussi sont ailés, et j’emprunte leurs « semelles de vent ».Ils tiennent compagnie à l’enfant Raphaëlle au prénom d’archange. La petite connait sa magie, elle sermonne les grenouilles rieuses et cabriolantes.

Tech:  apliqués d’un tissu imprimé (d’après Mary Cicely Baker, la spécialiste anglaise des ravissantes fées, point d’épine , point de chainette double -épine, point de poste (pour la grenouille) 

Dans cet article, 3 poètes sont cités, parfois de façon allusive; la 1° qui les « débusque » aura gagné un petit cadeau, modeste, le plus beau étant l’honneur.

Amitiés à toutes. A la prochaine fois!