Une carte- livre textile

Tout est parti d’un vers; je démarre souvent sur des mots.

Ils allaient bien à la vieille amie qui fête son anniversaire en juin.

Ma carte- livre textile se déplie en accordéon; c’est une bande de lin écru longue (80 cms) doublée de vieux drap imagé; je ne vous dévoile pas cette doublure, intime, qui raconte en images brodées une histoire d’oiseaux envolés et recueillis. Avec, dans la boite cadeau, une carte personnelle, un aimant de frigo en cœur et 2 sachets de graines à planter en juin…

Boite recouverte d’un tissu fleuri et ornée de 3 boutons de bois, papillons achetés au bazar de Delhi (Inde). Vous en reverrez…
boite ouverte sur 3 fleurs et un papillon brodés en relief
Broderie illustrée de la citation (piqué libre)

« C’est aussi une cathédrale

l’amandier en fleurs

Tout bourdonnant d’abeilles ».

P.A.Jourdan


« On admire le monde à travers ce qu’on aime ».
(Alphonse de Lamartine)
Les mots se révèlent au fur et à mesure que se déplie la carte- livre textile en accordéon…
Nos vies aussi se déplient sous le ciel bleu ou gris; les plis en croisent d’autres; aujourd’hui vos pas ont rencontré les miens. A bientôt! Dessous, ma carte de voeux et l’avant- dernier album de photos sur l’Inde!  (pas sûr que je puisse publier avant une bonne semaine….)

Inde 2019, album 13: Bénarès, Sarnath

Article 13/ 14. Lentement, j’avance vers la fin du voyage, (dans le prochain article, probablement). D’habitude quitter l’Inde m’est difficile, mais je savais qu’en septembre je revenais, voyage sous une autre forme, ailleurs, dans un coin que je ne connais pas. En attendant, voilà Bénarès, le Gange, fleuve sacré… On a l’impression que ce n’est pas une grande ville, car on flâne le long des ghats; mais la ville s’étend loin…

Les alluvions, dans la courbe du fleuve dessinent une lune de sable..
Bénarès détruite par les musulmans n’est pas une ville très ancienne, mais il y a de beaux palais le long du Gange.
Les saddhus nus et couverts de cendre se mêlent aux indiens…..Bénarès en voit de toutes les couleurs!
Cérémonie de l’aarti, tous les soirs, le long du fleuve…
6 heures du matin, le soleil se lève sur le Gange…
Quand les indiens dorment- ils? A six heures du matin, déjà, la ville est éveillée!
Qui dira et pourra décrire le bonheur de vivre au rythme de Bénarès, d’y être simplement?


« Dans le fond, ce que tout homme cherche, c’est un monde à habiter. Un monde dans lequel pouvoir vivre en fidélité à soi- même, à ce que l’on possède de plus précieux ». (Antoine Marcel , ma vie dans les monts)

Il n’a pas 20 ans, il travaille dur toute la journée sur le fleuve; derrière lui, le meilleur restaurant sur le fleuve, terrasse et vue sur le Gange assurée!

2- Tout près de Bénarès (moins de 15 minutes de traversée des faubourgs de Bénarès), Sarnath, la ville où Bouddha fit son 1° sermon juste après l’éveil; les traces et présences bouddhistes y sont très nombreuses. Hindouistes et Bouddhistes se côtoient en Inde sans problème; la ville razziée par les musulmans reste active!

 
-« Sans l’élan qui nous porte vers le monde, le monde en soi n’est rien ; c’est pourquoi si vous attendez passivement du monde une révélation, vous pourrez attendre une vie entière. C ‘est quand vous allez au monde que le monde vient à vous » (Antoine Marcel)
»La magie du monde se révèle dans un mouvement vers lui, dans un agir ». (Antoine Marcel, ma vie dans les monts)
Que s’envolent avec les écrits les prières et que se réalisent nos vœux!
Je ne connais pas le nom de ces fleurs pourtant vues partout….
Les bougainvilliers par leur profusion colorée, ne cessent de m’enchanter…
Cette petite fille a marché toute la journée sur un fil au- dessus des passants et des voitures; elle nous invite à réfléchir à la fragilité des choses et à passer de l’autre côté! A très bientôt, mes amies!