Alerte rouge …et tirs à blanc!

Je ne sais pas du tout si -bien que ma chambre soit blanche relevée de rouge- si celui-ci est ma couleur préférée; je ne crois pas; mais c’est la couleur qu’on me demande le plus de travailler! Alors, j’en bois , des coups de rouge, et du rouge qui tâche!!!   

Zola a eu beau dire « « le rouge me monterait au front d’être salué en public par une de ces filles »; je n’en crois pas un mot et je vous recommande même  leurs blogs-amis, commandes  de corbeilles ou pas  : celui de Marili, vieille amie, http://cheznousensommes.canalblog.com/, celui de Domie qui vit à l’heure de la montagne et comme si elle était Heidi: www.lesateliersdedomie.com ; enfin, celui d’une autre Anne,  Anne Hecdoth qui manie le paradoxe et joue avec les mots ; en effet, le titre et l’article sont émaillés d’expressions bien de chez nous avec lesquelles j’ai joué à mon tour, bien moins bien qu’elle, mais j’ai tenté  ma soeur Anne, j’ai tenté……..www.anne-hecdoth.com/

 

Je sais, je suis dans le rouge jusqu’au cou, nul besoin de tirer sur moi à boulets rouges, la faute à Domie d’abord qui vit dans un chalet, là-haut sur la montagne, se prend pour Heidi  …La corbeille finie, j’ai songé à m’en faire un chapeau, la coupe est pleine, je la vide et la retourne: Pas de fleurs, mais deux anses et un  grelot pour évoquer les cloches des laitières de  nos montagnes. n voilà une bonne rasade de gros rouge !

    

 

 
 
 

Il faut croire que ce n’était pas assez, aussi sec, je vidai mon verre de rouge et réitérai.

Alors, là, le piège se referme sur l’observateur peu attentif qui s’exclame: »Ciel, mais c’est la même ». Que nenni!! C’est le fond qui compte le plus, comparez et voyez: Les fonds sont certes proches, mais juste jumeaux. Et puis s’il y a encore deux anses, il y a aussi deux fleurs, dont une en pliage façon Kazushi au centre orné d’un bouton…………Deux soeurs, la même mère mais pour vivre dans deux maisons différentes!

Je voyais rouge, j’étais exsangue, saignée à blanc; Marili vint me tirer de ce mauvais pas. « J’aimerais du blanc tout blanc« !!Je songeais aux mots du bon vieux Saint- Simon: » « le duc de Chevreuse rougit jusqu’au blanc des yeux »;  j’étais effrayée,mais cela sera bien vilain. Une nuit blanche après,  sous mes doigts effarés, comme peuvent l’être des doigts à la sortie d’une nuit difficile, naissait ce joli petit miracle  neigeuxEt là, (one more time!) le piège: « mais c’est encore la même « s’exclame l’observateur peu observateur. Que nenni, réponds-je offensée: elle n’a pas d’anse, l’oiseau de procelaine est juste venu faire le malin pour la photo,  elle est bordée de vieux drap effiloché et de deux roses drapées de virginité comme seule peut l’être Marie; Surtout, regardez bien: elle n’est pas rouge, mais translucide, claire, pure; c’est un jour à marquer d’une pierre blanche!Amies butineuses, merci de vos sourires lorsque vous me lisez; je le devine, car si vous étiez agacées, vous ne seriez pas allées jusqu’en bas de cette page!!Cela vaut bien que je vous tresse une couronne de bisous dont s’envolent les pétales de roses…blanches  et rouges!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.