D’après Dom Robert, broderies (2)

Bien sûr, puisque cet article est le 2° de la série sur Dom Robert, il y en a eu un avant.

Je rappelle donc juste que je brode d’après les tapisseries de Dom Robert, deux quilts ou patchworks à la fois. Quand il s’agira de  les monter (il me faudra au moins  une vingtaine de broderies d’après Dom Robert!) je le ferai…Nous n’en sommes pas encore là!

Semis de points avant et broderie en relief

En attendant, ce coup- ci, j’ai travaillé sur Dom Robert, mais des broderies uniques, pas en double, pour le moment du moins…..Soyez indulgentes; mon brouillon sur word-press a changé; j’ai beaucoup de mal à comprendre ce nouveau fonctionnement et inclure les photos où je voudrais. Restent les broderies d’après Dom Robert….

1- Petit cheval d’après Dom Robert (au- dessus): sur fond brun, un petit cheval, un papillon( il y en aura sur presque tous les carrés!) une coccinelle, quelques fleurs…Certaines tissées.

L’archevêque d’Albi (le couvent où travaillait Dom Robert était En- Calcat, près de Castres) écrivait à son propos:

« Quel dommage de n’avoir ni assez de temps ni assez d’occasions de me promener sans but dans ce monde de couleurs que vous nous offrez pour écouter le chant des fleurs, des paons et des poissons. Continuez de nous apprendre l’école buissonnière, ô bienheureux paresseux. C’est la vraie, celle que notre société qui ne connaît que la règle et la ligne droite,  condamnera toujours. Parce que c’est déjà un peu l’Autre Monde en notre présent ».

2-Chèvres d’après Dom Robert (au-dessus et dessous):

3- L’oiseau de paradis, un détail de l’arbre (photo au-dessus ): il est drôle par son air et son attitude, un peu étrange. Beaucoup de feuillages divers. La tapisserie en abuse et Dom Robert était un cartonnier prolixe.

4- Enfin, le dindon vraiment sympa aussi. Aussi long à broder que tous les animaux de Dom Robert: points lancés, points de tige, points de noeuds, points de feston, de sable, de rosette (fleurs jaunes)……

Dessous, un 5° article sur l’Inde, toujours au Shekhavati, ce coup-ci dans l’havelli de La française Nadine Prince qui n’a franchement pas peur de se retrousser les manches.


Commentaire

D’après Dom Robert, broderies (2) — 14 commentaires

  1. J’aime beaucoup ces broderies : on dirait vraiment que les bêtes ont leur pelage propre… J’imagine que ça doit prendre beaucoup de temps à faire, mais le résultat est vraiment très réussi ! Bisous

  2. Eh oui Anne tous les dessins de don Robert qui illustrent ce livre magnifique ..la clé des champs… sont d’une beauté qui nous touche ….et comme toi j’ai beaucoup brodé sur un très grand patch et autres tableaux textiles sur ce thème de la nature en m’inspirant des dessins ou des aquarelles de cet artiste …bravo des petites chèvres sont sympas et j’aime aussi le petit cheval a petits points …les dessins de Don Robert plaisent beaucoup aux enfants et tes petits seront ravis de découvrir toutes ces merveilles brodées par leur mam’Anne

  3. Oui, les chèvres, Martine, je les aime beaucoup; en fait, s je déplace tout ça, je recrée, je mets dans mon ordre le désordre de Dom Robert, je brouille les cartes et recrée mon propre désordre!!

  4. Marie- Laure, je fais ça une demie heure par ci, une 1/2 par là, bref la théorie du morcellement du travail! Bien obligée, mais presque une habitude……..

  5. Annie, tu me fais le plus beau compliment; garder cet univers vivants. Comme dom Robert. Chacun avec ses outils!

  6. Régine, les enfants découvrent tout ça comme un livre d’images, au fur et à mesure qu’avancent les broderies. Et le livre traîne, ils le voient……….

  7. J’ai découvert Dom Robert, vu qu’il est lié à Jean Lurçat et à la tapisserie d’Aubusson. Quant à ses thèmes favoris, ils ne peuvent que m’enchanter.
    Ton travail est beau, vivant, sympa, gai. Les plumes du dindon: une merveille!

  8. Oui, je suis à une heure et demie Maïté d’Aubusson. C’est Lurçat qui a dit à Dom Robert d’orienter sa peinture vers les cartons de licier effectivement; mais j’ai déjà tant parlé de lui! contente que tu le connaisses!

  9. Merci Patchcath!! Le charme n’est atteint que si l’on ne le cherche pas; il naît d’une indéfinissable maladresse, spontanéité, naïveté….Appelons ça, comme on veut.

  10. merci de ton mail Anne et bien sur le lien sur google ça marche; google te connais bien. je suis heureuse de les voir tous, tes article sur ces fantastiques broderies!

Répondre à anja Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.