Des oiseaux les ailes éployées………

Raphaëlle a deux L.............

Parce qu’une petite vie nouvelle venait d’éclore et de rendre captif mon coeur qui ne demandait qu’à l’être, j’ai joué avec les mots et les images. Puisque Raphaëlle a 2 L, elle ressemble aux papillons, aux libellules (mon surnom) aux fées, aux oiseaux, aux anges…………J’ai tout de suite voulu lui faire une couverture, mais pas un truc de bébé, un quilt qu’elle aurait plaisir à regarder comme on lit un  livre d’images qui aurait du SENS. Elle n’a que 2 ans, mais non seulement, il lui a déjà été offert (vous le verrez, fini, plus tard) mais effectivement, parfois, on regarde et commente chaque image, toutes deux réunies, main dans la main. Un gros travail d’amour, ce n’est donc plus un travail……… Offrande de chaque point, chaque  minute…………..

Dis-moi bourdon, quand le bal des fleurs a -t-il lieu?

« Et la mer au soleil  ne supporte que l’ombre

que jettent des oiseaux les ailes éployées« . (Calligrammes, Guillaume Apollinaire) 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le calice d'une fleur pour piste d'atterrissage

Technique: Appliqués (tissus imprimés de fées d’après les dessins fameux de Mary Cicely Baker), point de poste (chenille), points d’épine, points crétois, point portugais (pour les tiges)  points turcs (pour le bourdon) feuille au point de picot, point de feston…… pour le côté naïf, des lettres au point de baton (ou point de lingère) écrites directement sans tirer de trait pour que danse chaque signe. Enfin, pour les ailes de libellule, le fameux « Honey comb stitch » (rayon de miel) inventé par Helen M’Stevens et que je serais bien incapable d’expliquer en français… ….

Et, puisque je termine par une libellule, un extrait de Christian Bobin, un écrivain dont j’aime infiniment la langue et dont j’ai tout lu, savourant chaque mot comme un bonbon…..

« L’amour est le miracle d’être un jour entendu jusque dans nos silences, et d’entendre en retour avec la même délicatesse, la vie à l’état pur, aussi fine que l’air qui soutient les libellules et se réjouit de leur danse« .

 

Gentil coquelicot, mesdames.............

Ces libellules que la petite Raphaëlle justement, appelle des « babillules »…………………….

—–O—–0—–0—–0—–0—–0—–0—–0—–0—–0—–0—–0——0—–0—–0—–0—–

PS: j’ai écrit dans le précédent article que j’étais honorée de vous avoir pour amies, je le répète; pourquoi? Pas par flagornerie,mais par sincérité, n’en doutez -pas; comme vous toutes, je visite des blogs , et parfois, je prends le temps de lire certains commentaires; ce sont de brefs « coucous » des mots, dénués d’amitié  ou d’intérêt véritable,….et je mesure ma chance, car, en général, vos messages volent haut et sont spontanés et gentils; je ne vous dirai jamais assez merci! Votre écoute (on voit bien que vous lisez les textes et savez les entendre), votre générosité me touchent plus que je ne sais le dire; je vous laisse deviner entre les lignes. Amitiés à vous toutes. Et bon week-end à vous, je   vous souhaite aussi des ailes……………………….


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.