Intermède 2: les filets auxquels on se laisse prendre

« La possession des richesses  a des filets invisibles où le coeur se prend insensiblement ». (Bossuet)

Filets invisibles? Pas tant que ça! Nous ne les voyons que trop bien, mais l’âme cupide, nous voulons faire comme s’ils n’existaient pas. Cela nous arrange, mais n’arrange pas la marche du monde qui court au précipice en suivant deux maîtres: l’or et le désir……..Les pêcheurs du sud imaginent-ils dans quel abîme de réflexion, la vue de leurs filets nous plonge?

La nécessité des intermèdes:La création se nourrit de « l’être », elle ne se suffit pas de l’obsession du « faire » à tout prix; pour « être soi-même », pour avoir envie de créer, il faut emplir le puit de la créativité ( J.Cameron)ouvrir l’oeil, voyager, aller à des expos, emplir le regard; faute de  faire cela et de  vite faire n’importe quoi, ce qu’on fait perd de son sens : on voit trop de choses copiées à la va-vite et sans âme…………Je cherche le fil, je chercle le SENS, je cherche l’essence; le fil nous y ramène, nous entraîne…

Je pars vers le sud justement, en espérant pouvoir me connecter…………Pas sûr encore…………..Mais je vous emmène tous et toutes dans mes filets! Je vous  remercie de votre intérêt et de vos commentaires, c’est un fil qui me ramène à mes passions, qui m’y fait penser, c’est un rendez-vous presque d’amour…….

Je ne peux remercier Michèle Picard qui a laissé un message sur le livre d’or……Pas d’adresse. Quelqu’un la connait-il? Il vaut mieux laisser des commentaires, mais je suis désolée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.