Arbre dans sa plénitude bruissante de vie (La robe mémorielle 4)

Feuilles donc  à moitié brodées et qui se détachent du tronc, petites fleurs de guipure découpées dans un ancien chemisier maternel tout jauni, photos imprimées sur tissu et rebrodées, une histoire narrée à tout petits pas, des dates, des prénoms, des surnoms, des sourires: ceux de 5 générations de femmes: ma grand-mère, ma mère, moi-même, mes 2 filles, la fille de l’aînée de mes filles. C’est peut-être à elle que reviendra la robe si jamais la cadette pour qui j’ai réalisé ce projet n’en avait pas. Sinon sa filleule que vous verrez plus loin, pour une autre raison; elle figure sur la robe… Quant aux surnoms, l’un compte: celui de ma maman que j’avais sacrée « reine des dahlias » car c’était son péché mignon, eux qu’elle aimait par-dessus tout et collectionnait; retenez-le; vous verrez plus tard  que je l’ai illustré.

A noter que  chaque femme des 4 premières générations, a eu une soeur.Pour la technique, l’écriture brodée est faite de points droits lacés (ou sujetés), c’est le plus joli; parfois de points de lingerie tout simples; enfin, lorsque la citation ou la chanson est longue,le texte est écrit au stylo textile indélébile (les quilteuses du XIX° siècle aux USA en usaient déjà).

« Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut » écrivait le poète du sud, Mistral; L’arbre de soie (et de soi!) part du sol et monte jusqu’à la ceinture,il s’élargit, improbable et magnifique; derrière moi, viennent  deux filles souriantes et épanouies,  et, déjà, deux petites- filles encore, allègres, espiègles, tendres  et aussi libres et pleines de  promesses qu’on peut l’être aux aurores d’une vie.

A bientôt, mes amies, mes soeurs et confidentes!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.