Robe de mémoire: une encore…

Je fête la 120° page du blog (Tout de même!! Ce n’est pas rien ni en textes, ni en photos, ni en créations!) D’ailleurs aujourd’hui, l’article n’est pas pauvre!GLa robe de mémoire: 120° page du blog

!)Dans les années 2010, dans les premières années du blog, ont paru une série d’articles sur une robe de mémoire (années 30 et soie), robe de jeune fille d’une de mes tantes morte à 24 ans.. Je la portais lors de mes soirées et bals de mes 18 ans, quand il fallait s’habiller en long. Après mon long travail de mémoire et de recréation, je lui ai cousu un coffret de tissu. La robe de mémoire a été offerte à une de mes filles dans son écrin protecteur.

Donnée à Anaïs qu’on surnomme souvent Ana, d’où l’autre titre donné à la robe de mémoire: « Ana-chroniques ».

1- Lien et photos, mémoire d’un article:

Peaux d’âmes, Peaux dames…

« Vers 45 ans, j’ai entrepris d’écrire chaque jour, et depuis, si je n’ai pas écrit un jour, il n’y a pas eu de jour. C’est une façon de lutter contre le retour à l’insignifiance, contre la peur de l’existence anonyme. (…) J’éprouve une grande douceur à déposer chaque jour, dans un cahier, le jour qui précède. Ce dépôt, j’ai l’impression de l’arracher à l’être. » (Marie Depussé.) »robe de mémoire 3: chapeletrobe de mémoire 2

robe de mémoire 4robe de Mémoire 5 :peaux_dame

http://www.artisanne-textile.fr/creations-2010/la-robe-de-mémoire/robe de mémoire 1

robe de Mémoire 6: l'arbre aux filles2-Nouvelle robe de mémoire:Robe de mémoire 2: robe de baptême avant traail de broderie

Il ne s’agit pas ici de refaire la même chose, de me répéter, de raconter l’histoire d’une robe en plusieurs articles, mais il s’agit de transmission.

Je ne raconterai pas l’histoire de cette robe de baptême (voir au-dessus avant travail); il y en a de plus belles. Dans ma famille, il y en a une du XVIII° siècle, mais elle finit mal…La mienne n’est pas si vieille. Ma robe de baptême a construit sa propre histoire. Elle est porteuse de mémoire; je ne voulais pas que celle-ci se perde et s’envole…robe de mémoire 2: la sous-robe partiellement brodée

Faire œuvre de mémoire, transmettre est pour moi primordial; même si je suis portée vers l’avant et moins vers le passé, non confinée dans une nostalgie inutile et qui entraverait ma marche. Je transmets la mémoire, c’est tout. Je ne suis qu’une passeuse.Que ne se perdent pas les chapelets de noms qui ont compté!Robe de baptême rebrodée

Piqué libre et broderie de roses effilochées à la main…La robe de mémoire est brodée sur la sous-jupe longue et simple quoique bordée de dentelles. Lorsqu’on la passe,  on en voit les broderie. Puis quand la robe de baptême est passée on ne les voit plus, on reste dans l’intime familial. Intime que je dévoile partiellement…Robe de mémoire 2: le baptême« Il est, en amont de nos vies,  des lumières si majeures  que jusqu’à la fin nous en sentirons sur nous  l’ombre portée : de ces lumières-là, l’ombre est lumière encore. » (François Cassingena-Trévedy)

Sur cette robe de mémoire 2, j’ai brodé les noms de celles qui l’ont créée (2) et les noms de ceux qui y furent baptisés (15):La robe de mémoire 2: baptême

4 de mes petits- enfants baptisés lors du dernier et quintuple baptême  n’ont pu mettre la robe…Je les ai brodés aussi, puisqu’ils appartiennent à la même lignée que cette robe de mémoire. Roses en relief (avec différents points) papillons….

Pour les roses particulières que vous voyez dessous, si vous voulez apprendre ce point, lien suivant: (chez Sharon: http://pintangle.com/2013/04/16/take-a-stitch-tuesday-stitch-62-raised-cross-stitch-flower/Robe de mémoire 2: raised cross stitch

Robe de mémoire: les papillons brodésEnfin, pour finir, voilà le dernier, Clément,  à avoir porté la robe de mémoire 2 , ma robe de bapême,  pour le sien (août 2018); il est si beau, ce petit!! On applaudit, on l’embrasse et on s’embrasse!Robe de mémoire pour un de mes petits-fils

Au revoir: RV en fin de ssemaine ! 


Commentaire

Robe de mémoire: une encore… — 12 commentaires

  1. Tout est beau, l’histoire familiale, la mémoire, la robe. Nous sommes au cœur d’un conte qui s’écrit peu à peu et depuis longtemps.
    Le petit Clément est impressionnant de beauté, de calme.
    Bravo pour tout.

    • OUI, Maïté; oui, c’et un « heirloom », une histoire de passeuse comme j’aime, un travail au FIL de la mémoire. J’ai de la chance d’avoir à qui la transmettre……il

  2. Une histoire qui s’écrit au fil du temps, et au fil de tes broderies… Une très belle histoire de transmission et de partage, un joli conte qui peut encore durer longtemps… J’aime. Bisous

  3. Bravo et merci Anne de nous offrir ce partage …cette robe mémoire touchant cadeau offert a l’une de tes filles… robe de bapteme portée par ton petit fils …des prénoms que tu brodes au fil du temps qui passe..souvenir indélebile d’une lignée de femmes.. de filles ..de petites filles …demain peut être l’une d’elles au fil rouge de ses souvenirs brodera la suite de cette belle histoire sur ta robe bleue cyanotype ….les robes ..les mouchoirs ……tout ce linge brodé de mots qui racontent les racines d’une vie c’est toujours trés touchant a découvrir……….

    • J’espère Gigi que l’histoire se poursuivra. L’aînée de ms petites-filles est prévenue; c’et elle qui gardera la robe, la prêtera à ses cousins…. J’aime ce sens de la lignée qui ne s’interrompt pas, se poursuit, déroule son fil……….J’ai compris ça un jour; ce devoir de transmission me tient à cœur!Bisous!

  4. Belle robe, belle histoire, c’est tellement émouvant. Et un beau Clément mais tous les Clément sont beaux! J’aime cette façon que tu as de transmettre, de broder ta famille et de regarder vers l’avenir avec tes petits-enfants. Je cours un peu, beaucoup…Mais je prends le temps de me poser chez toi. Bises douces

    • Merci Annie, oui, transmettre en fil, dire une histoire qui n’est pas finie; c’est une tâche qui nous honore de mère en filles. Un bonheur, pas un pensum!!!Merci de te poser chez moi et reprendre ton envol!

  5. ah je suis vraiment heureuse que tu re parles de tes robes de mémoire,merci Anne.
    Sommes allées presque jusqu’au Goudes, arrêtées à la madrague d eje ne sais plus quoi à l’entrée du parc national des calanques,quelle force dans ces roches!c’est phénoménal!je repars samedi.Bisous

    • Mamaz, oui, c’est un bel endroit, j’en aime l’isolement (à Marseille!) la mer, le paysage, la sauvagerie oui…Tu repars, tu tentes de te transformer en pigeon voyageur? Moi, paisible pour une fois, je t’embrasse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *