Sculpture textile (4/4) à l’Isle sur la Sorgue, fondation Datris

Exposition  de sculpture textile: beaucoup de photos, mes dernières (4/4); donc je reprends très brièvement les 3 textes précédents; la citation elle, ainsi que les photos est nouvelle.sculpture textile fondation Datris 1

PARTAGER, DONNER A VOIR, INSPIRER, TEL EST MON PROPOS: (car, n’oubliez pas: redimensionner les photos, c’est déjà beaucoup de temps pris et donné…) Les photos peuvent être agrandies en cliquant dessus!

Sculpture textile de l’indienne Rina Banerjee:sculpture textile fondation Datris 2

Tissage- Tressage, expo: quand la sculpture défile -19 mai/1° novembre 2018

74 artistes, 106 œuvres dans la villa et les jardins, L’Isle sur la sorgueSculpture textile fondation Datris 2018, 3Sculpture textile fondation Datris 2018, 3

Sculpture textile fondation Datris 2018, 4Ci-dessus, robe en plastique de sacs poubelle…(photo plus que médiocre!) Car ici, dans le monde, tous les matériaux sont employés: métal, cuivre, raphia, jute, bolduc….Imagination sans frontière et sans limite!Sculpture textile fondation Datris 2018, 4

Dans la petite ville magnifique de L’Isle sur la sorgue, une expo, la 8° de la fondation Datris qui défend la sculpture contemporaine: MA-GNI-FI-QUE!!! !Absolument!Sculpture textile fondation Datris 2018, 5

Le site: http://www.villadatris.com/ Avec photos, vidéos, interviews….

Je sais: on m’objectera qu’il  y a des filles talentueuses méconnues,même parmi mes amies; mais moi, pour ma part, modestement, je me suis sentie petite; ce qui est positif et rassurant: l’égo prend trop de place; je ne peux que progresser, …en travaillant!IMG_20180702_120744

Sculpture textile fondation Datris 2018, 6« L’essence d’une fleur est sa prédisposition à réaliser une forme spécifique. Cela signifie en même temps qu’elle est destinée à une certaine voie du devenir et du disparaître. De la graine au bouton, puis à l’épanouissement de la fleur parfaite, jusqu’à sa façon de se faner, elle accomplit une formule de structure qui, parce qu’elle est aussi formule de transformation, est à la fois image et voie. » Graf DurckheimSculpture textile, fondation Datris 2018, 8Sculpture textile, fondation Datris 2018 -9

Attention, mes photos ne sont pas forcément bonnes, je n’ai pris que ce qui m’intéressait particulièrement, parfois, un détail, une sculpture…En tout cas, sans m’en rendre compte, j’y suis restée 3 heures complètes!Sculpture textile, fondation Datris 2018-10

Connues ou moins connus, ces artistes sont des grandes pointures; Pas seulement des gens emplis de créativité ou bourrés de techniques, mais des ARTISTES.Sculpture textile, fondation Datris 2018-11

Sculpture textile, fondation Datris 2018 ,12On n’est plus dans le petit artisanat, on en a plein les mirettes, la tête bourdonnante, les mains fébriles, on prend une leçon de modestie, un grand coup sur la tête, salutaire; c’et tout simplement du GRAND ART. Sculpture textile, fondation Datris 2018, 12

La Sorgue sur laquelle se reflète la dernière œuvre  (tressage de bolduc) n’en finit pas de passer les gués et les moulins, de déployer ses merveilles; ce sont les tapis d’Orient de l’art et du rêve.

A  lundi, probablement!

 


Commentaire

Sculpture textile (4/4) à l’Isle sur la Sorgue, fondation Datris — 13 commentaires

  1. Même si les créations ne me touchent pas toujours, je suis toujours admirative de la créativité, dans quelque domaine que ce soit. Pour ce qui est de l’ego, je pense qu’il faut juste qu’il aie sa place et sa bonne place. Pour ne pas en avoir eu assez pendant longtemps(eh oui, ça arrive), je suis heureuse d’en avoir plus maintenant. Juste ce qu’il faut pour reconnaître ma valeur, pas plus, pas moins et c’est bon 🙂 C’était mon 1/4 d’heure personnel;-)
    J’aime beaucoup l’oeuvre longue rousse et celle verticale sur deux pieds de bois foncé, celle où on a l’impression que c’est le vent qui l’a créée.
    Bises

    • L’œuvre longue rousse, Annie est en fil de cuivre; Tons dorés dans le soleil, selon les heures. Très beau, un peu asiatique à cause du support évocateur d’un « toran »…………..Bon et beau week-end!

  2. Merci Anne pour ce mini reportage. Il n’y a rien à objecter! Artistes reconnus ou inconnus sont tous dans le même panier, ils et elles font œuvre de création, ce qui est divin par essence. Divin pour les créateurs et aussi pour les yeux de ceux qui en profitent. C’est pourquoi on est capable d’y rester si longtemps! Dommage, c’est bien trop loin pour moi et pas sur la route de nos déplacements. Ces partages par voie de blogs nous sont précieux.

    • Anne, j’ai fait un détour, sans regret. On peut même dire qu’on a organisé notre voyage en fonction de 3 immenses expositions. On va repartir, Et d’aitres expos jalonneront la route. Je ne montre que celle-ci, textile. bon week-end!

  3. Je ne sais si on doit se sentir toute petite face a ces oeuvres d’artistes tous issus d’une école des beaux arts …donc avec des possibilites materielles des techniques.. la richesse d’un savoir ..je dirai plutôt que l’on est en admiration devant leurs creations …mais il me semble que créer ne s’apprend pas c’est inné …. a des degres qui different d’une personne a l’autre …..artistes connues ou inconnues l’essentiel est pour chacune de prendre du plaisir qq que soit le degres de son pouvoir creatif ..j’ajoute que le plaisir vire souvent à la passion…merci encore pour ces photos Anne ….

    • Pas d’accord, Gigi, la création s’apprend et l’histoire des formes. D’ailleurs, très peu de grands créateurs sont autodidactes. Même les grandes créatrices textiles ont fait les Arts appliqués, l’école Dupéré…On voudrait toutes jouer dans la cour des grandes et se revendiquer quelque chose. Pas moi; je sais être béate d’admiration, accueillir, apprendre.Mais il y aurait trop à dire sur le sujet.Quant au plaisir il est indéniable, mais ça n’a rien à voir avec l’art…Bon et chaud week-end, gigi, pour moi, PLEIN, PLEIN…et heureux. Là aussi, je sais reconnaître avec gratitude que j’ai beaucoup reçu. Merci la vie!

  4. Anne je pense qu’on ne peut être qu’en admiration devant ces cfefs -d’oeuvre…quant à..jouer dans la cour des grandes ce n’est pas forcement le désir de toutes et pas le mien ….mais creer une image me plait et je trouve que c’est a la portée de toutes que ce soit avec fils et tissus pinceaux et couleurs etc…même si on ne maitrise pas les techniques on peut s’exprimer selon son style sa sensibilité ses penchants on posséde toutes un style ….on reconnait le travail de telle ou telle autre juste a son trait sa couleur ses themes ….on est pas artiste mais on crée c’est inné .c’est parfois un besoin aussi et que dire de l’art naïf et de l’art brut qui ne s’inspire pas d’autres peintres ni d’ aucune formation artistique c’est de l’inné pur ou de l’art thérapie et c’est aussi de la création …..
    On est autodidacte on crée toutes et tous a des degres différents ..c’est tout !

  5. Merci pour ce reportage dans cette petite ville d’art que je connais un peu.Je connais un peu le travail de la galerie, grâce à une amie qui habitait à quelques km de là.
    Je comprends ton émotion lors de l’immersion dans ces lieux magiques.
    Les photos servent à garder une trace de mémoire de nos coups de cœur: c’est le plus important.

    • Mes reportages Evelyne, ne donnent qu’une vague idée, mais franchement, j’ai été EPATEE par le niveau de l’expo; tant pis pour celles qui pensent qu’on est toutes de ce niveau; moi pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *