Livre- rouleau (1): Neige de Maxence Fermine

Les habituées du blog ont déjà vu des teintures au thé par diffusion, du piqué libre, des livres textiles et des livres- rouleaux textiles. Donc ce qui suit est dans la droite ligne de ce que je crée…………

D’ailleurs, le sous-titre de ce blog, c’est TEXTES et TEXTILES. Je ne suis pas hors-sujet 🙂

On avait pu voir des extraits de Mâ d’Hubert Haddad; vous allez lire dans différents articles des extraits de Neige de Maxence Fermine; le court et beau roman se prêtait bien à la création du livre- rouleau suivant; je l’ai lu lors de sa parution, ai rencontré l’auteur lors d’une séance de dédicace; enfin, j’ai pensé à l’aînée de mes petites filles et son frère qui prennent des cours de cirque et font du funambulisme…

Livre- rouleau  précédent (2016):Livre- rouleau textile

livre-rouleau textile précédentilvre -rouleau textile précédentPour se rafraîchir la mémoire, liens:

http://www.artisanne-textile.fr/ma-un-livre-rouleau-textile-dapres-le-livre-de-hubert-haddad-1-partie/

 

Mâ, un livre rouleau textile, d’après le livre de Hubert Haddad (illustrations et extraits, 2° partie)

Comme pour le précédent livre -rouleau textile, les techniques sont  outre la broderie à la main,  la teinture au thé par diffusion (en posant au fur et à mesure mes sachets de thé sur un tissu blanc au départ), piqué libre (je rappelle que je n’ai pas de pied spécial piqué libre).Livre -rouleau et piqué libre

Pour le dernier article sur la diffusion  au thé sur textile, voir le 3 septembre dernier: http://www.artisanne-textile.fr/teinture-au-the-par-diffusion/

Détails du livre -rouleau et du piqué libre:livre -rouleau détail 1

livre- rouleau détail 2Les auréoles du thé dessinent un parcours souligné au point kantha; le héros parti chercher un maître de haïku trouvera l’amour….

Le texte du livre- rouleau textile.

 » La neige est un poème qui timbe des nuages en flocons blancs et légers

(…) La neige fige la nature et la protège; c’est donc une peinture ».Livre- rouleau textile 1

« La neige se transforme continuellement;

c’est donc une calligraphie. elle est une surface glissante,

c’est donc une danse.

Sur la neige, tout homme peut se croire funambule. »livre- rouleau textile suite 1

Bien sûr, vous verrez la suite lorsque mes pas auront avancé sur le fil de funambule tracé par le thé et par le piqué- libre……….A bientôt donc (la prochaine fois, vous verrez des créations cousues hautes en couleurs et qui parlent de la mer…)!

 

 


Commentaire

Livre- rouleau (1): Neige de Maxence Fermine — 14 commentaires

  1. Neige ..oui je me souviens …et là ces qq mots ou haiku que tu as brodés me donnent envie de relire ce petit livre plein de poésie….j’aime beaucoup tu le sais les histoires que l’on brode au fil de notre imaginaire et avec lequel on avance en funambule comme Neige …en suivant comme tu l’as fait les contours du chemin tracés par la diffusion du thé …..avancer pas à pas d’un bout à l’autre de la vie…….comme on avance point apres point avec le fil sur le dessin que l’on suit…..j’aime emprunter ces chemins…..bravo Anne pour ce piqué libre ..pas facile …..

    • Coucou Gigi, oui Neige est un beau recueil. Il convenait ici à cause du texte lui-même, du Japon, du thé. comme dit Annie, le thé brûlant sur la neige glacée, les pas sur la page blanche, l’amour, la poésie du haïku et de l’écriture. Textes et textiles….

  2. Grâce à toi, quand je marcherai dans la neige, je ne le ferai plus de la même façon. Ce sera encore plus poétique et riche de sensations que j’adore. Mais je ne suis pas pressée de revivre cette expérience!!! Le thé brûlant et la neige froide se sont mariés grâce à toi 🙂 Bisous doux.

    • Lis Neige Annie, Textes et textiles, le thème de mon blog. Le choix de CE texte n’était pas anodin………..Tu as tout d’une poétesse, toi qui lis entre les lignes! Je t’embrasse, magicienne des couleurs, souvent posée sur beaucoup de blanc pour mieux ressortir!

    • Merci Fabienne, l’ensemble du livre, c’est pour un peu plus tard. quant au piqué libre, c’est de l’artisanat, car je n’ai pas de pieds qui conviennent. Alors, je fais sans. Avec beaucoup de concentration; ça me vide, et c’est sain.
      bon week-end!!

  3. Ton imagination est toujours en effervescence. C’est un des meilleurs moyens de rester alerte. J’aime tes broderies, elles sont inventives, légères et fraîches;
    Merci pour ton passage sur mon blog. Ma mémoire n’est plus en mesure de me souvenir de ton poivron, et je suis d’accord avec toi, je me débarrasse progressivement de mes tampons du commerce (quand on les a utilisé une fois, ils n’ont plus beaucoup d’intérêt).

    • Peu importe pour le poivron dont tu ne te souviens pas;; c’est juste Nanouanne pour dire à quel point c’est intriguant!! Quant à mes broderies, elles mêlent tout: main et machine. Pas de règle en la matière, juste l’imagination dont tu parles!!!

  4. J’aime ces montagnes fictives que la teinture du thé laisse apparaître, et que tu mets en valeur avec tes broderies… Plein de poésie avec ce joli texte sur la neige…
    Mais depuis que je suis ton blog, tu dis que tu n’as pas de pieds spécial pour le piqué libre. Je n’y connais rien, mais il n’y en a pas un que tu pourrais acheter pour ta machine ? Ou préfères-tu rester à la méthode « artisanale » ?

    • bien vu, Marie- Laure, mme l’observatrice. J’en parle beaucoup, car j’aurais aimé avoir un pied pour la machine, MAIS on n’en trouve pas (il n’en existe pas!) pour ma machine. alors, je vais doucement et je bricole. Mais au fond, ça exerce ma technicité, c’est donc tout bon.

  5. oh lala, j’admire…l’idée, l’interprétation, la technique de l’écriture…Bisous Anne, où que tu sois et quoi que tu fasses en silence

    • Merci Mamaz, je reçois tes bisous, je les reçois en Périgord où je suis rentrée. Je perds mon temps en silence car j’essaie de faire des choses hors de m portée, très et trop pratiques et très bêtes………Je ne maîtrise pas beaucoup de choses en dehors de la couture et de la création textile!

  6. De tels mots brodés sur une étoffe ombrée de thé sont d’un bel effet. Je connais le merveilleux livre de M.Fermine mais pas celui de H.Haddad (dont j’ai lu il n’y a pas très longtemps « Neige sur Pondichéry »), je note avec joie ce « Ma », merci Anne. Bises et pensées ensoleillées vers toi. brigitte

    • Haddad, j’en ai souvent parlé ici, j’ai adoré Oholibaba des songes, et aussi Rêve de glace souvent prêté et qui n’est pas revenu… quant à Mâ, cela parle de promenade, d’écriture aussi…comme neige en fait. Les 2 ne sont pas sans rapport!
      Amitiés!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *