Une recette au bouton d’or

Un certain sourire et un teint de porcelaine

Après la soupe à la bave de crapaud, apprenties-sorcières à vos chaudrons! Le plat à la langue de vipère étant une vieille affaire humaine, inutile d’en donner la recette!ABRACADABRA !

Certaines d’entre vous m’ont demandé comment je faisais la teinture au curcuma. Rien de plus simple! C’est simple, je prends une grosse cuillère de curcuma et une petite de  gros sel, je verse de l’eau chaude dessus (plus ou moins selon  l’intensité voulue) et je touille bien, j’immerge mon tissu mouillé (ou mes écheveaux de fils à broder), je couvre d’un scello-frais et 3 fois 2 minutes au micro- ondes (en laissant refroidir un peu entre les 2 opérations) . Intensité maximum au micro-ondes.
Ensuite je rince, je fais sécher; celui de la carte était ligaturé (comme un tie and dye) Les moines bouddhistes ont des robes teintes au curcuma; selon la quantité, cela va du jaune pâle au orangé…………Je ne sais même pas si le sel est indispensable. Pas de problème pour la dentelle, on fait pareil, la dentelle étant plus fragile, si on ne doit pas la laver, baisser d’un cran l’intensité. Vous avez peut-être noté (eh eh, je teste votre attention!) des taches bistres sur le fond jaune, ce sont les traces de colle textile (normalement, elle ne tache pas!! Mais de qui , on se moque, hein?)

Ca ira?

PS, pour Delphine: le tissu mexicain est un tissu américain, le Nouveau Mexique (état magnifique et très métissé au niveau culturel) est un des derniers entrés dans la confédération des USA.

Ceci était un encart offert gracieusement par notre rédaction, RV ce soir  ou demain matin pour le Rendez-vous habituel. 

Des êtres mystérieux, ailés parfois………..

Poursuivons la visite de ce quilt ailé et qui nous donne des ailes, c’est comme un livre d’images; parfois, avec Raphaëlle (qui a 2 L/ailes) nous inventons des histoires, elle tient la main d’un lutin (tissu imprimé d’après C.Mary Baker) et nous partons sur ce tapis volant.

Elfe et lutin nous tiennent la main

Plouf!

That's the question!

 Le tapis est un moyen symbolique de  parcourir le monde,  dans ses dessins, on peut retrouver un jardin, s’y perdre, croiser des grenouilles, imaginer que ce sont des princes charmants…Ou est-ce le contraire? Les princes charmants ne sont-ils -à notre réveil- que des grenouilles qu’il faudra (comme dans le conte) inviter à sa table? Je me pose la question…

Technique:Points de feston, points de noeuds, points de chaînette, 8 points de poste pour une grenouille verte……et des tissus, des bouts trouvés ici ou là; ne rien acheter, réemployer, ne pas copier, se dicter des contraintes car elles sont créatives; imaginez un enfant à qui on demanderait d’écrire ce qu’il veut dans une rédaction………………….je l’ai fait parfois, …………..et le résultat n’était guère intéressant.

L'archange et les papillons

Revenons à notre tapis ou  jardin volant, notre monde ailé; parfois on y rencontre les plus beaux, le plus mystérieux, les anges, car, ne l’oublions pas, amies expertes de l’imaginaire: Raphaëlle est un archange.Point turc, point de croix fantaisie, point d’épine, arche en point de rosette, papillons -festons, point de noeuds, auréole, ailes et  jupon rebrodés, un tissu  qui vient du Nouveau- Mexique, cet état des USA immensément créatif et capteur de personnalités intéressantes, un beau voyage, fait non pas sur un tapis volant, mais en vrai…….. il y a 3 ans. J’aime les voyages, même s’ils sont imaginaires. Et ce patchwork- là est une façon de me balader: j’ai tout créé au fur et à mesure sans avoir où j’allais vraiment, comment j’allais monter l’ensemble , de façon aléatoire et fantaisiste car c’est ce qui me convient le mieux; la prochaine fois, nous verrons comment j’ai assemblé le tout………………….Surprise!

Petits points pour grande brodeuse

Pas de doute, vous vous souvenez de mon petit concours de broderie et de la gagnante brillantissime :Elena. Si vous avez oublié ou zappé, tant pis ou retour en arrière……………..Enfin, rentrée chez moi, j’ai pu coudre à Elena, un petit porte carte de fidélité ou de CB  dans du lin rouge.

Bouquet

Point de feston, point d’araignée au ruban, point crétois, point tissé,  tige et bouclette. Et perles. Détails:

Brodé et offert par amitié

Le tout envoyé avec une carte brodée autour d’un médaillon en porcelaine de Limoges, j’habite entre Périgueux et Limoges…(points basque, indien, feston..)tissu-teint maison au curcuma.

Visage ancien et tissu moderne

Je ne peux que vous inviter à visiter le blog Coeur de freesia :         http://elena33.canalblog.com/

 Elena habite en Gironde, moi en Périgord; Montaigne habitait près de Bergerac (24) mais il fut maire de Bordeaux (33)…Et donc, la citation que je m’apprêtais à écrire tombe pile poil, n’est-il pas?

« je n ai fait qu’ un bouquet de fleurs, et n ai rien fourni de moi-même que le lien qui les assemble ».

A la prochaine, petites abeilles butineuses! Je m’en vais visiter vos ruches!

Symphonie en bleu

Ah, on fait les fières et on parade!

On me dit que je suis très belle......

Bleu des mers du sud

Les  imprimés aux dessins aléatoires donnent au « roulé » une allure intéressante, produisant des taches de couleur qui rehaussent l’ensemble. Toutes les décos sont possibles, il ne sert à rien de les prévoir d’avance, la corbeille dicte ce qui lui convient le mieux; la turquoise était destinée à un signe du poisson qui perche au-dessus de la Grande Bleue, et sa grappe de  perles lui allaient fort bien, je trouve………Ainsi que son bord aux rayures diagonales dans le style « petit marin en goguette ». N’en riez pas trop, j’ai un faible pour elle…..

que dites -vous du noeud sur le côté?

Je ne sais ce qui s’est passé, une partie du texte écrit a disparu, je recommence de mémoire pour ajouter ceci (et c’est moins bien écrit, désolée!) pour dire que lorsque je n’ai pas terminé les bords avec un large biais assorti qui donne de la tenue à l’échancrure et lui évite de se déformer, ( délicat à coudre), je passe l’intérieur au durcisseur textile. Je termine souvent par vaporiser de l‘imperméabilisant, qui évite aux couleurs de passer et constitue un excellent anti-poussière « des familles ». 

Après tout ce dégradé de bleu, il était normal que je vous offre les 2 tercets de Baiser bleu, baiser rose de Théophile Gautier, mais je vous recommande le sonnet dans son entier; c’est de circonstance et très beau.(allusion aussi à un  petit Théophile ……)

« Mais la lampe allumée et se mêlant au jeu,
Posait un baiser rose auprès du baiser bleu :
Tel brille au clair de lune un feu dans de l’albâtre.

À ce charmant tableau, je me disais, rêveur,
Jaloux du reflet rose et du reflet bleuâtre :
 » Ô trop heureux reflets, s’ils savaient leur bonheur !  »

***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o****o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o***o

Marie-Noëlle a trouvé la réponse à la question précédente; dans le texte, Verlaine était cité, mais les « semelles de vent » appartenaient à Rimbaud, les « ailes qui empêchent de marcher » à Baudelaire. Bravo à elle; elle recevra un petit cadeau brodé! Au fait, dans le prochain article, vous verrez -avec retard- ce qu’avait reçu Elena lors du précédent « concours ».

A tire d’aile, allusions aux poètes

R comme raphaëlle: au milieu du quilt un monogramme, et beaucoup trop de points brodés pour que je les cite tous; ici, une innovation, pour relever l’ensemble: un soleil peint à la peinture textile; ce rond rappelle les ronds appliqués; il évoque le soleil que salue le chant d’un oiseau.

Et pour souligner la complexité de l’initiale dessus, un R plus simple, mais dynamique, on dirait qu’il marche, au centre, le point Chemanthy (avec des fils teints-maison):

Ce patch s’envole décidemment, foin de la pesanteur « qui nous empêche de marcher » , et moi, tous ces oiseaux, ces papillons me donnent envie de m’alléger, de prendre de la hauteur, de partir et d’être dans la joie de la plus totale liberté.

 « Va, chanson, à titre-d’aile
Au-devant d’elle, et dis-lui
Bien que dans mon coeur fidèle
Un rayon joyeux a lui,

Dissipant, lumière sainte,
Ces ténèbres de l’amour :
Méfiance, doute, crainte,
Et que voici le grand jour !

 Longtemps craintive et muette,
Entendez-vous ? La gaîté,
Comme une vive alouette,
Dans le ciel clair a chanté.
Va donc, chanson ingénue,
Et que, sans nul regret vain,
Elle soit la bienvenue
Celle qui revient enfin. »
  Aussi  avec Verlaine, suivons la vive alouette et le papillon:Celui-ci est en stumpwork (ailes bordées d’un fin fil de fer)La fleur est en ruban. Les elfes jouent – et j’ai plasir à les suivre, à les semer………….eux aussi sont ailés, et j’emprunte leurs « semelles de vent ».Ils tiennent compagnie à l’enfant Raphaëlle au prénom d’archange. La petite connait sa magie, elle sermonne les grenouilles rieuses et cabriolantes.

Tech:  apliqués d’un tissu imprimé (d’après Mary Cicely Baker, la spécialiste anglaise des ravissantes fées, point d’épine , point de chainette double -épine, point de poste (pour la grenouille) 

Dans cet article, 3 poètes sont cités, parfois de façon allusive; la 1° qui les « débusque » aura gagné un petit cadeau, modeste, le plus beau étant l’honneur.

Amitiés à toutes. A la prochaine fois!