Un petit quelque chose en plus

Elle (http://malles.canalblog.com/)  est douce, gentille, environnée d’un essaim de jolis enfants, elle a un grand chaudron de gentille sorcière, sa maison embaume les fruits, la nature, les parfums……………Et elle aime mes corbeilles!! Elle en demande, elle en redemande, un jour : 4, un autre jour: 3! Elle y met ses savons qui sont doux, parfumés, naturels, en forme de fleurs, de fées, de gâteaux………….Tout un univers!!!

Travailler pour elle, c’est rentrer dans celui-ci, s’y faire petite , humble pour mieux être un peu chez elle.

 

La 1° devait être bleue et blanche, ornée d’une fleur; pour moi, le rêve était de terminer celle-ci pour une sorte de bouton de rose ,il fallait calculer la terminaison de la volute au bon moment; chaque fois, je me fixe une difficulté à relever, c’est ainsi que  je progresse. Je déteste ronronner, rester dans le connu, mais j’aime avancer dans un territoire vierge, neuf où la difficulté est réelle; je ne suis satisfaite que dans l’effort. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Sénèque: « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Un bon précepte! A appliquer dans la vie, pas seulement dans la réalisation d’un modeste projet artisanal. 

 

La 2° on pourrait l’appeler Fleur bleue (mes corbeilles ont toutes un titre, j’adore le leur donner dès qu’elles sont finies, et parfois, juste avant de les faire…;;) Il fallait aussi du bleu et du blanc,mais je les voulais diffférentes; celle-ci est ornée de deux fleurs en tissu bleu- mauve:

 

 

 

 

 

 

 

La 3° devait être blanche et noire, cela m’a fait penser à la robe d’Audrey Hephburn la sublime, l »élégante, la discrète, avant de naître, elle s’appelait déjà My fair lady! Je lui ai fait un gros noeud comme cette actrice qui m’émeut en porte un  sur les champs de course où la traîne son impitoyable pygmalion (Rex Harrisson)

Elle est ovale, bordée d’un biais posé bien patiemment à plat, c’est assez difficile, mais cela permet d’éviter l’étirement des bords. Et cela n’est possible que lorsque le colombin ne finit pas en noeud ou en fleur. 

On vous dira que ce ne sont pas des couleurs; pourtant, cette corbeille, qui niera son chic? Je connais la phrase de Gauguin,mais n’empêche:  ma corbeille EST blanche et noire! Non?

« Rejetez le noir, et ce mélange de blanc et de noir qu’on nomme le gris. Rien n’est noir, rien n’est gris. Ce qui semble gris est un composé de nuances claires qu’un oeil exercé devine. »

Ce blanc et ce noir, les rejetterez- vous ?

   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.