Cartes et carnets en patch

Si le patch dans sa conception traditionnelle, c’est d’assembler des petits bouts, des chutes de tissu, ce qui suit en est.

La technique d’assemblage est issue du magazine anglais Stitch de 2005 (article de Sandra Middleton); il faut beaucoup de fusible textile double- face, tout en est doublé; ensuite, on coupe, on réassemble, on recoupe, on réassemble à l’infini. J’ai souvent utilisé ce mode de construction- déconstruction textile. Ce coup- ci, j’ai obtenu un grand morceau que j’ai recoupé en biais pour créer des cartes ou des doublures de carnet. J’en ai fait plusieurs en pensant à mes petits cadeaux ou mes envois de courrier.

1- Cartes textiles carrées: on notera que je n’ai pas assemblé que des tissus, mais aussi un vieux journal indien!

Du rose indien, des ramages, du journal indien, des paillettes: voilà une carte- patch
Quelques points à la machine et voilà une carte d’inspiration indienne!

Une 2° carte textile s’orne de collages papier: un oiseau- mouche, les mots « Trésors d’attention »

Qu’est-ce que la vie,
si tu ne t’arrêtes pas un instant pour la repenser ?
Goliarda Sapienza

Je ferai d’autres cartes bien entendu avec mon tissu d’assemblages ; celle du dessus est envoyée à Françoise (Couleur indigo sur Flickr https://www.flickr.com/photos/couleurindigo/) qui m’a aussi fait un envoi de matériel à destination de Kalimpong en Inde, une carte longue au format paysage que j’aime, et les mots (de Théodore Monod) (publiés dans mon dernier article sur les pierres)
 » Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire,
il faut le faire. ” Sa carte sera dans le journal de voyage que je montrerai avant de partir! La mienne va lui parvenir. Liliane m’a aussi fait un merveilleux paquet et choix de tissus dans des unis colorés de tous les tons; je lui fabriquerai aussi une carte. Vous la verrez plus tard sur le blog. MERCI à vous toutes!

2- Les couvertures de carnet: si vous avez reçu une de ces cartes, ne croyez pas que c’est la seule; il m’en reste à finir; j’ai fait aussi plusieurs carnets comme celui qui suit!

La technique donne un tissu souple mais qui a de la tenue; j’aime bien ces petits carnets. Beaucoup sont déjà partagés! Vous en avez un 2° en-dessous:
La technique permet d’obtenir des ensembles très différents, d’autant que le tissu avec du noir est composé de nombreuses couleurs qui rendent la composition intéressante!

A bientôt, mes amies, on se reverra. Il y a tant à faire, tant à dire!!

Cartes textiles: l’ Inde au menu!

L’Inde, quand tu nous tiens…..Un de mes petits- fils s’est emparé d’un fanion de pèlerin et adorateur de Shiva; ceux- ci sont souvent torse- nu et peints, pas celui qui hante les bosquets du Périgord! Les vrais pèlerins se dirigent vers les temples, pieds nus dans la poussière de l’Inde, on les voit le long des routes!

L’Inde au cœur: Pour remercier Annie
https://destulipesetdescoeurs.blogspot.com et ses amies Pascale et Réjane qui ont fait un bel envoi de matériels à destination d’un village perdu dans le nord-nord de l’Inde, une carte textile à base de collage et de quelques points; ce n’est pas pour autant que c’est facile, il faut trouver l’harmonie, l’équilibre; je coupe à main levée; j’aime mieux l’aspect spontané (voir la citation chinoise juste en -dessous!)!

1- L’Indienne aux boucles d’oreille en paisley: avec un BINDI sur le front (Ou Tikka) Je travaille en m’inspirant vaguement de photos, puis je collecte mes tissus…et je m’amuse!

« Plutôt qu’être labile, gracieux, léger et convenu, je préfère être gauche, déplaisant, DECOUSU mais VRAI ! » (Fu Shan)

2 -Carte textile de l’Indienne aux yeux verts: On en voit de sublimes parfois; on dit que ce sont de lointains descendants d’Alexandre le grand….

« L’expérience du peintre, c’est de faire un travail en soi pour être capable de transmettre ce qu’on ne sait pas de soi.. Et être capable, au travers de la peinture, de livrer une EXPERIENCE INTERIEURE qui  pourra apporter de la joie à celui qui regarde, c’est l’esprit, le premier, qui guide la peinture. »
Fabienne Verdier

3° carte textile: la peau brune (pour Annie, l’initiatrice de l’envoi). En Inde, on préfère les peaux claires, tous les mannequins et acteurs indiens sont blancs, sauf dans le sud: les tamuls sont plus foncés, leurs origines ethniques différentes.

Reine du sud: altière, sombre, mystérieuse!

Celle- ci est plus graphique; son voile est un voile de coton rapporté d’un marché d’Orissa, il y a près de 4 ans!

A bientôt. Merci à toutes!